Accueil > Entreprise en Inde

De retour en Inde – Comment sortir de sa zone de confort – épisode #67

Publié le 30 septembre 2015

Pourquoi retourner en Inde quand ma propre de zone de confort est remise en question… et d’ailleurs, c’est quoi sa zone de confort ?

Après un séjour de 6 mois en France, me voilà de retour en Inde depuis quelques jours, à Ranchi exactement (nord-est de l’Inde, au-dessus de Calcutta.)

Malgré le fait que j’y ai déjà passé 2 ans, l’Inde est pour moi toujours autant déroutante et me demande beaucoup d’énergie juste pour vivre. Et bien sûr il me faut allez chercher davantage de ressources personnelles pour pouvoir travailler.
Par exemple, depuis 2 jours de violentes émeutes m’empêchent de sortir de mon domicile, et je ne peux pas rencontrer mes partenaires principaux… Mais je vous rassure tout de suite : l’Inde est un pays sûr et tout à fait sans danger pour les étrangers.

Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que in fine, tous ces efforts sont utiles pour élargir ma zone de confort.

L’Inde, un défi…

Travailler et rester concentré ici relève du défi. Autant en France il est relativement facile de trouver un lieu propice à la réflexion et à la création ; autant ici en Inde, c’est plus délicat.
Des amis qui passent à l’improviste, la voisine qui fait sa prière en agitant sa clochette, le voisin qui appelle dieu en soufflant dans son Shankh (un grand coquillage utilisé comme une corne produisant un son grave), les vendeurs nomades, les klaxons, la voisine qui lave sa vaisselle avec générosité, les enfants du voisins qui passent leurs caprices… Pour être complètement franc, gérer toutes ces intrusions sonores est pour moi un vrai défi ! Je vous parlez justement de sortir de sa zone de confort…

Et donc pourquoi retourner en Inde ?

Pour positiver, l’Inde est une bonne école pour apprendre à gérer son temps et pour apprendre à communiquer judicieusement & efficacement.

Il faut aussi reconnaître qu’il y a beaucoup de business à faire en Inde, et les entreprises indiennes sont pour beaucoup à la recherche de procédés innovants.

Les secteurs industriels les plus porteurs, selon Usine Nouvelle :

  • Les télécoms
  • Les énergies renouvelables
  • Les infrastructures
  • La santé
  • L’automobile
  • L’agroalimentaire
  • L’électronique
  • La pharmacie
  • Le numérique
  • Les technologies innovantes

(Source : http://www.usinenouvelle.com/editorial/investir-en-inde-les-10-secteurs-porteurs-les-5-raisons-d-y-aller.N335116)

Quand l’intelligence émotionnelle explique la zone de confort

Alors… donc on fait quoi ? On pousse pour sortir de la zone de confort ou on reste tranquille ?

Les spécialistes de l’intelligence émotionnelle vous le diront : les barrières mentales, c’est nous qui les créons. Si nous n’osons pas sortir de la routine, tester de nouveaux processus, découvrir de nouveaux territoires, tenter de nouvelles choses, c’est que nous sommes figés dans un cocon mental. La peur de l’inconnu nous maintient dans un état atone, à l’abri du risque et de l’effort.

Et aussi rassurante soit cette zone de confort, cette douce léthargie serait en fait incompatible avec l’accomplissement de soi. Pour sortir de sa zone de confort, des coaches pourront dire fais 24 relances au lieu des 20 habituelles, décroche ton téléphone pour aller voir un fournisseur en direct et cesse de l’éviter en lui envoyant des emails, ose prendre un café avec ton directeur

…L’ironie de la zone de confort… c’est qu’elle ne disparait pas, mais elle s’élargit. C’est un problème sans fin. Il faut en permanence l’agrandir !

Et c’est comme ça qu’à travers mes voyages en Inde en autre que j’arrive à travailler ma zone de confort. L’Inde a au moins le mérite de vous obliger à travailler votre de confort tant que les uses et coutumes sont différents. Tant que les paradoxes avec notre culture sont forts et marqués.

Arriver à publier sur un blog, s’enregistrer – des épisodes audio ou vidéo -, accepter que son blog n’est pas parfait, fait partie aussi du travail d’élargissement de sa zone de confort.